Le Musée virtuel de l'absinthe - Le monde de l'absinthe et des antiquités liées à l'absinthe. Cuillères à absinthe, verres, carafes, fontaines, livres, affiches sur l'absinthe
LE RITUEL DE L’ABSINTHE II - LA MÉTHODE DU "VERRE DANS LE VERRE"
Une étude récente a révélé une autre méthode peu connue de préparation de l’absinthe – connue sous le nom de
méthode du "verre dans le verre". Pesante dans la pratique, mais fascinante à regarder, elle nécessite de placer la
dose d’absinthe dans un petit verre à pied à l’intérieur d’un verre plus grand, puis d’ajouter l’eau doucement jusqu’à
ce que toute l’absinthe du petit verre soit expulsée et déborde dans le grand verre. Cette méthode n’a jamais été
grandement utilisée, mais est historiquement authentique. Son usage est documenté en France vers 1840, est aussi
référencée dans le livre légendaire de George Saintsbury "Notes on a Cellar-book", qui bien que publié en 1920
répertorie principalement les habitudes de consommation des années 1870 et 1880. Il semble probable que cette
méthode subsita plus longtemps en Angleterre qu’en France.
Livre de 1870 (scans de la collection de Peter Schaf) :

En ce temps-là, - il y a quarante ans, - on ne faisait pas son absinthe comme
aujourd'hui. Le docteur Pichet prenait d'abord un grand verre dans lequel il
posait un petit verre à pied plein de l'attrayante liqueur ; puis, saisissant la
carafe entre le pouce et l'index, il laissait tomber l'eau fraîche, goutte à goutte,
sur l'absinthe, qui perdait de son ton vif, se troublait, débordait, s'épaississait et
arrivait enfin à cette nuance si fort appréciée par les amants de la Muse Verte.
Il avait de légers mouvements du poignet, en tout semblables à ceux d'un
maître d'armes qui tâte le fer d'un adversaire. Cette délicate opération
terminée, le docteur retirait le petit verre, qui ne contenait plus que de l'eau
pure, et me présentait la précieuse infusion en s'écriant : Goûtez-moi ça !
De "Notes on a Cellar-book", par George Saintsbury. Londres, 1920 :

Toutefois, je ne fermerai pas ce court chapitre sans dire une chose sur la
prétendue plus terrible de toute – la ‘Muse Verte’ – l’Eau de l’Etoile d’Absinthe,
celle par qui de nombreux hommes sont morts – l’absinthia tetra, considérés
comme méritant l’adjectif de façon pire encore que celle dont parlaient les
grands poètes romains.

Je suppose (bien que je ne puisse dire qu’elle m’en a fait) que l’absinthe a
causé beaucoup de dégâts. Son principe est trop puissant, pour ne pas dire trop
toxique, pour ne rien laisser, aveuglément et intensément, dans la charpente
humaine. Elle était, je pense, comme un pouvoir terriblement puissant, et
personne sauf le genre de dément qu’elle était sensée engendrer, et dont on
pensait qu’il était destiné à la démence, ne l’aurait bue ‘pure’. Une fois que j’
étais ivre, j’eus une expérience inoffensive mais très amusante. Le défunt
Bishop Creighton et moi-même avions des logements contigus, durant la
dernière partie de notre vie d’étudiants à Oxford, dans l’un des vieux bâtiments,
maintenant détruits, à l’est de l’Université. Nous les utilisions pratiquement en
commun, occupant un salon pour manger et l’autre pour travailler. Une fois
nous avions quelques hommes à dîner, et dès que le dernier fut parti, notre
brave logeuse, qui tournait en rond à l’étage de façon agitée, accoura dans la
pièce en criant, ‘O ! gentilhommes, est-ce du poison que cette chose ?

Nous demandâmes bien naturellement des éclaircissements. Il apparut qu’un
verre d’absinthe, qui avait été versé mais pas utilisé, avait été emporté en bas,
et que notre excellent logeur, observant sagement, alors que sa femme dit, de
façon quelque peu réprobatrice, ‘ça doit être bon si le gentilhomme le boit,’ l’avait vidée d’un trait sans eau, mais comme elle dit
‘tel qu’il le ferait avec du gin’, et l’avait bien entendu trouvée un peu trop forte pour lui. Nous apaisâmes ses peurs et
recommandâmes une pleine gorgée d’eau, ajoutant de la façon la plus délicate possible, l’avertissement qu’il n’était pas toujours
nécessaire de boire la liqueur laissée de côté, et la congédiâmes. Nous nous efforcâmes aussi – pour Creighton qui était comme
Thackeray’s Jones ‘un type plein de bons sentiments, qui plus tard entra dans les ordres,’ et j’espère que je n’étais pas moins
agréable, bien que ma destinée était plus profane – de ne pas trop rire jusqu’à ce qu’elle eut fermé la porte.

Une personne qui boit de l’absinthe pure mérite son destin quel qu’il soit. L’arôme est concentré jusqu’à la répulsion; l’alcool brûle
‘comme une procession de flambeaux’, vous devez avoir une tête exceptionnellement résistante ou fatalement accoutumée si
cette tête ne fait aucun mal après cela.

De plus, vous perdez tout
le cérémonial et le protocole qui rendent sa consommation délicieuse à un homme de goût.
Lorsque vous avez mis le verre de liqueur debout dans un grand verre avec un fond aussi plat que possible, vous
devez verser, ou vous faire verser, de l’eau doucement dans l’absinthe elle-même, afin que le mélange déborde d’
un récipient vers l’autre.  La façon avec laquelle l’émeraude profonde du spiritueux pur se voile tout d’abord en ce
qui pourrait être la couleur d’une étoile-émeraude, si le Tout-Puissant s’était satisfait d’achever le quartette des
étoiles-gemmes, puis en opale ; l’opale s’éclaircissant au fur et à mesure de l’opération ; et enfin lorsque le verre
de liqueur ne contient plus que de l’eau pure, la boisson est prête, la combinaison extraordinaire d’un caractère
rafraîchissant et réconfortant dans son odeur et sa saveur – tout ceci parfait une agréable expérience
. Comme tout
autre expérience agréable, elle ne doit sans aucun doute être répétée trop souvent. Je ne bois moi-même jamais plus d’une
absinthe par jour, et je n’en ai jamais bu plus d’une depuis une trentaine d’années. Mais la Muse Verte est assez bonne diablesse
si vous n’abusez pas d’elle ; et lorsque vous débarquez après de rudes tourments sur les océans elle vous accueille comme
personne d’autre ne le fera.
Préparation d’une absinthe en utilisant la méthode du ‘verre dans le verre’.

Le grand verre date des années 1850.

Cliquez sur les images pour agrandir.
Rituel I Rituel II
Affiches Alambics Bouteilles Brouilleurs Carafes Carte postales Cuilleres à absinthe
Divers Fontaines Herbes Livres et journaux Papeterie - Catalogues, Factures, Photos Pichets d'absinthe
Plaques Pontarlier Pyrogenes Rituel Verres d'absinthe
Accueil Histoire et questions fréquentes Fabrication d'Absinthe Boutique d'antiquités sur l'absinthe Forum Français et Anglais Liens Contact
Cliquez sur les images pour agrandir.
Copyright © 2002 - 2015 Oxygenee (France) Ltd.
Aucune image ou texte ne peut être reproduit ou employé, sous aucune forme, sans une permission écrite du propriétaire de ce site web.